L'Arsenal des Galères


La Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Arts est édifiée sur l’emplacement de l’arsenal des Galères à Marseille. Elle ne pouvait s’implanter que sur ce lieu chargé d’histoire puisque, par ses expositions, elle retrace la vie d’une époque et permet une meilleure connaissance de l’Artisanat d’Art à travers le temps.

Dans l’Antiquité, la galère était un bâtiment de combat gréé d’un mât unique et d’une voile carrée. Elle était manœuvrée essentiellement à l’aviron. L'origine de l'Arsenal des Galères remonte à 1296 Voulant reconquérir la Sicile, Charles II d'Anjou, comte de Provence et roi de Naples, acquiert une partie des chantiers communaux de construction navale du Plan Fourmiguier (le quai des Belges). La première galère est construite à Marseille par des patrons pêcheurs qui n’ont de cesse de repousser les corsaires. Se révélant être des navires de grandes renommée, le port abrite en 1533 jusqu’à 18 galères royalesans une société contemporaine éclatée, en mal de repères et de références, menacée d’acculturation, cet espace de liberté s’efforce, depuis sa création en 1983, de stimuler et de promouvoir les métiers d’art, de tisser des réseaux relationnels favorisant leur essor au niveau régional, national et international.

Ayant soumis la ville rebelle en 1660, Louis XIV met Marseille sous étroite surveillance administrative, politique et militaire. Il confie à Nicolas Arnoul, le poste d'Intendant Général des Galères avec pour mission de construire un vaste arsenal moderne et de reconstituer une importante flotte. Dépendant directement du Secrétariat d'Etat à la Marine, il échappe à la hiérarchie militaire et dispose ainsi des pleins pouvoirs. Les grands armements maritimes de Louis XIV rendent très vite le Plan Fourmiguier trop exigu. Un projet d’agrandissement est lancé en 1687. De chantier, le Plan Fourmiguier devient le remarquable Arsenal des Galères avec l’affectation des forçats aux galères.


La galère du Roi, une véritable œuvre d'art flottante

Délimitée par les rues Paradis, Sainte et Fort-Notre-Dame jusqu’aux quais des Belges et Rive-Neuve, c’est une véritable Cité pourvoyant elle-même à tous ses besoins. On y construit, arme, répare les galères et fabrique le nécessaire au gréement. Vingt-huit galères sont construites dans la seule année de 1679, tandis que l’on dénombre jusqu’à une quarantaine de galères ancrées devant l’Hôtel de Ville. Parmi celles-ci, la galère du Roi, décorée par le célèbre sculpteur Puget, est une véritable œuvre d'art flottante.

En 1700, quatre cents corps de métiers

En 1700, quatre cents corps de métiers sont installés dans l’Arsenal. L'effectif militaire comprend 5.000 matelots et soldats, 1.000 sous-officiers et 400 officiers, 2.500 ouvriers ou compagnons. 12.000 "benevoglies", esclaves, forçats, condamnés de droit commun constituant la chiourme. Un canal intérieur, la Darse, sera creusé en 1702 sur l'emplacement du cours d'Estienne d'Orves et de la place aux Huilesélimitée par les rues Paradis, Sainte et Fort-Notre-Dame jusqu’aux quais des Belges et Rive-Neuve, c’est une véritable Cité pourvoyant elle-même à tous ses besoins. On y construit, arme, répare les galères et fabrique le nécessaire au gréement. Vingt-huit galères sont construites dans la seule année de 1679, tandis que l’on dénombre jusqu’à une quarantaine de galères ancrées devant l’Hôtel de Ville. Parmi celles-ci, la galère du Roi, décorée par le célèbre sculpteur Puget, est une véritable œuvre d'art flottante.

Arsenal des galères-Marseille


Mais, à la suppression du Corps des galères en 1748, l’Arsenal perd peu à peu son activité au profit de Toulon et le 3 septembre 1781 Louis XIV vend l’Arsenal à la Ville de Marseille. Cette année-là, près de 7 000 galériens deviennent bagnards à Marseille, à Toulon ou à Brest, tandis que les bâtiments sur lesquels ils ramaient sont désarmés.

En 1762 Choiseul rétablit les fonctions de l'Arsenal, mais en 1781 le Maréchal de Castries ordonne son abandon et la dernière galère est envoyée à Toulon avec 500 forçats.

Il reste à ce jour de l’Arsenal quelques pans de murs et la façade de la Capitainerie que l’on peut voir au 23, Cours d’Estienne d’Orves.

La Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Arts est ouverte du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 13h à 18h . Le samedi de 13h à 18h. Entrée libre.



spacer
MaMa-Marseille
spacer

spacer

spacer

spacer
spacer
spacerMaison de l'Artisanatspacer
Maison de l'Artisanat-Marseillespacer
Capitainerie des galères-Marseille